Modélisation en Forêt Guyanaise

La forêt Guyanaise

La forêt Guyanaise.

Les forêts tropicales sont des écosystèmes d’une diversité exceptionnelle, un seul hectare de forêt tropicale pouvant contenir plusieurs centaines d’espèces d’arbres différentes. Pour gérer et protéger ces forêts tropicales, il est nécessaire d’en avoir une description aussi précise que possible et d’être capable de prédire leurs évolutions en fonction de scénarios divers. Des modèles de dynamique forestière ont été élaborés pour formaliser sous forme d’équations les différents stades de développement d’un arbre au sein d’une population. Les processus pris en compte sont le recrutement (arrivée d’un nouvel individu), la croissance, la mortalité ainsi que la répartition spatiale des espèces et les conditions environnementales. Les modèles utilisés reposent sur des systèmes d’équations différentielles classiques en dynamique des populations.

Un modèle de dynamique forestière

Un modèle de dynamique forestière.

Les stratégies écologiques des différentes espèces sont l’un des éléments essentiels à inclure dans les modèles de dynamique forestière. Certaines espèces d’arbres poussent rapidement et investissent leurs ressources dans une reproduction rapide pour ensuite mourir et laisser la place aux jeunes. D’autres espèces accomplissent leur cycle de façon plus lente. Pour inclure ces différents comportements dans les modèles, on utilise les traits fonctionnels des arbres. Ces traits sont des caractéristiques spécifiques aux différentes espèces et peuvent être inclus dans les modèles sous forme de variables explicatives. En sélectionnant les traits les plus importants pour la modélisation de chaque processus, on obtient des modèles simples avec un nombre restreint de paramètres. On ajoute à ces modèles déterministes de reproduction, croissance et mortalité une composante aléatoire qui permet de tenir compte de la variabilité individuelle de chaque arbre étudié. Ces modèles relativement peu gourmands en paramètres sont simples à utiliser et peu coûteux en temps de calcul. Néanmoins, ils rendent bien compte de l’immense diversité présente en Guyane française, ce qui permet d’étudier les effets de stratégie d’aménagement et de gestion de la forêt.

Brève rédigée par Mélaine Aubry-Kientz  (UMR Ecofog, INRAd’après les travaux  effectués au sein du laboratoire de modélisation de l’UMR EcoFoG.

Pour en savoir plus :

Crédits images : Mélaine Aubry-Kientz, Nicolas Picard (Cirad).

1 commentaire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


− 1 = eight

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>